Actualités du Parc

Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse

  • Mademoiselle Vrac arrive dans la vallée de Chevreuse

    Mademoiselle Vrac est un concept store unique, une entreprise familiale et écoresponsable, une franchise créative et dynamique.

    Moi c'est Mélanie, 40 ans, mariée, 2 enfants, infirmière Puéricultrice depuis 20 ans en pleine reconversion.

    La crise de la quarantaine ? Non, loin de là, je dirai plutôt, un grand besoin d'agir, de consommer propre et mieux, de donner de belles valeurs à mes enfants (parce que l'avenir c'est eux) et surtout de prendre soin de dame nature.

    Ce mode de consommation je le pratique au quotidien, le partage, le vis, l'aime mais ici dans la vallée de Chevreuse aucune épicerie 100% vrac n'a fait son apparition...

    A quoi va servir la collecte ?

    Ce projet est le reflet de plusieurs mois de travail, de réflexion, de conviction mais concrètement sans vous il ne pourrait pas exister.

    Car ce sera vous qui passerez la porte de la boutique pour y trouver des produits de qualité qui vous permettront de réduire considérablement votre impact sur notre environnement.

    Alors aujourd'hui j'ai besoin de vous pour me permettre de mettre en place dans la boutique, dès son ouverture, un système simple, efficace et écologique en collaboration avec Jean Bouteille !

    Aidez-la à construire son projet... Par Ici

     

    22 juil - 31 août
  • Appel à projet artistique « Moulins d’hier à aujourd’hui »

    Avec la DRAC Ile-de-France le Parc naturel propose une résidence-mission sur le thème des moulins à eau.

    Contexte et objectifs

    Réalisation d’un inventaire des moulins à eau

    En partenariat avec le Service Patrimoines et Inventaire de la Région Ile-de-France, le Parc naturel a réalisé un inventaire des moulins à eau.

    80 moulins ont été identifiés sur les 53 communes du territoire, quasiment tous des moulins à blé.

    Même si leur débit était faible, les rivières du Parc étaient donc densément occupées par ces « usines » distantes l’une de l’autre de 2,5 km en moyenne !

    Le paysage a par ailleurs été façonné par ces installations, le moulin n’étant en effet pas seulement qu’un bâtiment qui accueille les mécanismes de mouture mais aussi un dispositif hydraulique fait de canaux, déversoirs, vannes et autres installations hydrauliques.

    Le territoire et l’histoire locale sont donc marqués par cette activité qui en plus était essentielle car nourricière.

    Un patrimoine fragile

    Au début du XXème siècle ces moulins ont cessé de fonctionné. Privé de leur usage ces installations sont peu à peu tombées dans l’oubli et n’ont pas été entretenues. Certaines ont disparu, les autres sont majoritairement devenues des propriétés privées. Transformées, leurs traces patrimoniales sont tenues. Privatisées, cachées par des clôtures et des aménagements postérieurs, leur visibilité a disparu. A part la toponymie, leur présence est aujourd’hui insoupçonnée. Autrefois solidaires pour leur fonctionnement, les moulins sont aujourd’hui coupés les uns des autres et l’échelle de la vallée qu’ils animaient s’efface.

    Mais pour autant l’histoire qu’ils évoquent et l’univers du meunier intéressent les habitants et les élus !

    C’est un patrimoine devenu quasiment immatériel, c’est plus une histoire dans les mémoires que des traces tangibles que l’on peut voir.

    Pour autant parmi les 80 moulins repérés, une dizaine porte encore les 3 dimensions du moulin (architecture, technique, hydraulique) et sont les derniers témoins à partir desquels peut se tenir un propos. Quelques-uns gardent l’une des traces (une roue par exemple) et en ce sens gardent aussi une dimension pédagogique.

    Les objectifs du projet

    1. Faire connaître une activité marquante pour le territoire. Evoquer cette histoire technique et nourricière, le paysage forgé et l’échelle de la vallée.
    2. Faire connaître un patrimoine devenu invisible, évoquer cette histoire. S’appuyer sur des traces évocatrices pour porter un propos plus large.
    Date limite de candidature le 31 octobre 2021
  • Un été culturel dans le Parc naturel !
    Juin-septembre 2021

    Contrairement aux autres années, cet été, le territoire sera animé par de nombreuses propositions artistiques. C'est le résultat de collaborations et de partenariats avec différentes institutions culturelles (TSQY, Tréteaux de France) et de l'accompagnement matériel et financier du Parc d'initiatives locales de qualité, nouvelles et plus nombreuses.

    D’un arbre à l’autre 

    Par Hélium
    Saint-Rémy-lès-Chevreuse/Boullay-les-Troux/Les Molières
    Dates : 29 mai-31 août

    En savoir plus

     

    De fer et d’acier.  Une union avec la matière

    Par Le Musée de la Fondation Coubertin
    Saint-Rémy-lès-Chevreuse
    Dates : 12 juin-26 septembre

    En savoir plus

     

    Les Escapades. L’été culturel et vivant du TSQY

    Par le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines. Dates : 26 juin-11 juillet / 10-19 septembre
    Magny-les-Hameaux / Les Mesnuls / Le Tremblay-sur-Mauldre / Dampierre

    En savoir plus

    Une nuit au bois dormant

    Par Fibois et la Cour des contes
    Date : 3 juillet
    La Celle les Bordes – Centre d’Initiation Nature

    En savoir plus

     

    L’Ile-de-France fête le théâtre

    Par les Tréteaux de France
    Île de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines
    Dates : 21-29 août

    En savoir plus

     
    FestivAL’OUT

    Par la commune de Saint-Rémy-lès-Chevreuse
    Dates : 26-29 août

    En savoir plus

     

    Cap à l’Ouest !  Transhumance 2021

    Par Animakt et Le Lieu
    Dates : 25-29 août
    De Saulx-les-Chartreux à Gambais

    Festival des mots – La journée des métiers du livre

    Par Les Amis du Sud Yvelines
    Date : 4 septembre
    Montfort l’Amaury - Château de Groussay

     

    Chapit O’Concerts & Chapit O'Rencontres

    Par Jazz à toute heure
    Dates : 25-27 septembre
    Le Tremblay-sur-Mauldre

    https://chapitoconcerts.fr/

  • L'avenir du Château de la Madeleine
    Ce qui va changer au château de la Madeleine
    Article de l'Echo du Parc n°83 - février 2020
     
    Pourquoi le château de la Madeleine est-il fermé au public le week-end depuis septembre ? C’est une interrogation légitime que se posent les visiteurs et tous les acteurs du tourisme !
     
    La réponse est simple : il s’agit d’une propriété du Conseil départemental des Yvelines qui a totalement arrêté de financer le Parc depuis 2017, sans tenir compte des dépenses engagées par le Parc pour l’accueil et l’animation du château de la Madeleine.
     
    Aussi longtemps qu’il a été possible de le faire, le Parc, très attaché à l’accueil du public, a assuré cette mission et entretenu les lieux (voir encadré). Pourtant, la réalité financière a fini par prendre le dessus. C’est pourquoi le Parc a dû se résoudre à réduire les dépenses et supprimer le poste lié à l’ouverture du week-end. Il l’a fait à regret et après en avoir dûment informé bien en amont le Département et la commune de Chevreuse. Cette situation regrettable ne devrait être que transitoire car une réflexion est en cours entre les parties concernées pour une réouverture de ce magnifique site historique et touristique.
     
    En 1989, le Parc a pris en charge l’accueil du château.Il reçoit 60 000 visiteurs par an. Le PNR gère et finance depuis 20 ans sur ce site :
    • l’ouverture les dimanches et jours fériés
    • l’ouverture en semaine (du mardi au vendredi)
    • les visites guidées de groupes
    • les ateliers et conférences thématiques
    • l’assurance, l’entretien des bâtiments, le ménage
    • l’entretien des extérieurs dans la cour
    • l’accueil d’événements (Journées du Patrimoine, Virades de l’espoir, artisans d’art, parcours d’artistes...)
    • la signalétique, le mobilier et matériel d’exposition
    • la communication
    Depuis le 1er septembre 2019, faute de financement départemental, le PNR ne peut plus assurer l’accueil du public le week-end.
     
     
    Une décision similaire a été prise pour le musée du Petit Moulin des Vaux de Cernay. Seules les visites de groupe sont maintenues à compter du 1er mars. Des discussions sont en cours avec le propriétaire, le Département des Yvelines, la commune et l’EPCI, qui dispose de la compétence tourisme, pour une reprise de la gestion de l’équipement. Le Parc s’est engagé à poursuivre l’animation du lieu. Il ne peut toutefois en assurer seul les coûts. Le Petit Moulin devrait prendre un nouveau départ sous l’impulsion d’acteurs associatifs, des collectivités, au premier rang desquelles le Département qui se propose de soutenir activement une solution associative. Le Parc restera vigilant pour que le lieu conserve sa vocation patrimoniale et d’animation du site des Vaux de Cernay.
     
    Quel avenir pour l’équipe du Parc au château ?
     
    Le Département souhaite développer au château de la Madeleine un projet de grande ampleur et a décidé en octobre 2019 de mettre fin aux conventions qui permettent au Parc d’occuper les bureaux du châtelet et de la basse-cour. Cette annonce à oblige à chercher en quelques mois d’autres locaux pour reloger provisoirement la partie de l’équipe contrainte de quitter le château. L’autre moitié installée dans l’extension contemporaine du château restera sur place puisque les locaux sont encore à l’usage du Parc pour 66 ans, grâce à un bail emphytéotique.
     
     
    Une solution de relogement vient d’être trouvée pour la moitié de l’équipe à la Maison de l’environnement, grâce au soutien et à l’efficacité de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et de la commune de Magny-les-Hameaux.
     

    Dans une perspective plus pérenne, la ferme de Beaurain au Mesnil-Saint-Denis va être rénovée et aménagée avec le soutien de la Région Ile-de-France, ce qui permettra de réunir l’ensemble de l’équipe dans un équipement à la fois patrimonial et environnemental.
     
    Pendant ce temps-là, le Parc remplit ses missions premières
     
    Un Parc naturel, c’est un label du Ministère de l’Environnement soutenu par la Région, les collectivités locales et d’autres partenaires institutionnels pour mener à bien des missions d’intérêt général. Le Parc conseille et finance à ce titre les 53 communes qui le composent pour réaliser des actions de terrain qui visent à :
    • Préserver et restaurer la bioviversité et les patrimoines,
    • Sauvegarder les paysages et le caractère rural du territoire,
    • Diminuer la pollutions,
    • Contribuer aux économies d’énergie et aux énergies renouvelables
    • Soutenir l’agriculture durable, les filières courtes , le commerce de proximité
    • Améliorer les déplacements et l’éco-mobilité
    • sensibiliser le public aux enjeux environnementaux
    Dans un contexte de réduction de ses moyens, les resources du Parc doivent donc être utilisées pour ces missions premières et les nombreux projets portés par les communes ou les particuliers et que le Parc accompagne.
     
  • une aide à l’achat de : Vélo à assistance électrique (VAE) neuf

    Pour inciter les Franciliens à utiliser le vélo, Île-de-France Mobilités a mis en place une aide à l’achat de :

    • Vélo à assistance électrique (VAE) neuf: 50 % du prix TTC, plafonnée à 500 €
    • Vélo cargo avec assistance électrique neuf: 50 % du prix TTC, plafonnée à 600 €
    • Certains accessoires de sécurité : panier, casque, antivol, si ces derniers sont présentés sur la même facture que le vélo. Prise en charge comprise dans les plafonds précédemment cités.

    Lors de l’achat de votre VAE, gardez vos pièces justificatives (facture et certificat d’homologation / de conformité). La plateforme de demande d’aide sera mise en ligne le 20 février 2020.

    L’aide d’Île-de-France Mobilités est calculée après déduction des aides financières locales dont peut bénéficier le demandeur. Le plafond de l’ensemble des aides (aides locales + aide d’Île-de-France Mobilités) est fixé à 500 € pour un VAE classique et 600 € pour un VAE cargo.

    Téléchargez le flyer pour en savoir +

    Les critères d’obtention de l’aide à l’achat du vélo électrique d’Île-de-France Mobilités sont :

    • Habiter en Île-de-France
    • Être majeur ou mineur émancipé
    • Avoir acheté son vélo à partir du 1er décembre 2019
    • Avoir acheté un vélo à assistance électrique neuf répondant conformes à la réglementation en vigueur
    • 1 seule aide par personne maximum
    • Revente du vélo interdite pendant une durée de 3 ans
    • Avoir demandé les aides financières locales si elles existent en amont de la demande faite à Île-de-France Mobilités

    A savoir

    27 jan - 20 fév