En 1792, année d'émeutes, le mouvement insurrectionnel partit de Saint-Léger. Il fut sans grande conséquence. Pendant la terreur où on s'acharna à démolir les biens des châtelains et de l'Eglise, Saint-Léger perdit sa sonnerie et s'appela Marat-des-Bois.

Sous Louis XVIII, plusieurs croix furent érigées aux carrefours de la forêt ; celle de Vilpert fut bénie le 27 décembre 1824 pour la fête communale.

Le 2 septembre 1839, le sous-préfet autorise la Fabrique à céder un immeuble qui sera l'école de la commune succédant à celle de l'église qui existait déjà en 1715.

Le 7 janvier 1844 l'aménagement des routes forestières et des chemins vicinaux donnant accès à la forêt est décidé. A la suite d'une enquête publique du 22 décembre 1872 au 5 Janvier 1873, la construction de deux ponts remplaçant les gués sur la Vesgre est décidée.

En octobre 1876, le conseil municipal décide la création d'un corps de sapeurs-pompiers pour assurer la protection de la forêt.

Le bâtiment actuel de la mairie date de 1904. Il contient les classes scolaires dotées déjà à cette époque d'une cantine.

Au cours du 20° siècle, de nombreux aménagements de la cité et de sa forêt ont été créés tant pour suivre l'expansion démographique, que pour améliorer les conditions de vie et enfin pour faciliter l'attrait touristique de la région et de ses richesses.

La circulation a été drainée par des voies routières ou cyclables vers des pôles d'attractions tels que le centre nautique des Etangs de Hollande. Le village a été doté d'installations sportives et d'une salle polyvalente construite sur la Place du Gros Billot et utilisée principalement par les Associations du village qui, depuis 1996, connaissent un très grand développement tant au niveau de leurs activités que du nombre de leurs adhérents.